« Mange, prie, aime » d’Elisabeth Gilbert ou la lecture la plus longue de ma vie de lectrice

9782253126300-T

Je ne pensais jamais pouvoir rédiger cette chronique tant je me suis perdue dans ce roman au sous-titre pourtant prometteur et en parfaite adéquation avec ce que j’étais en train de vivre « Changer de vie, on en a tous rêvé…Elle a osé. »

107707

A trente et un ans, Elisabeth possède tout ce qu’une femme peut souhaiter : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Pourtant, elle est rongée par l’angoisse et le doute. Un divorce, une dépression et une liaison désastreuse la laissent encore plus désemparée. Elle décide alors de tout plaquer pour partir seule sillonner le monde !  En Italie, elle goûte aux délices de la « dolce vita » et prend les « douze kilos les plus heureux de sa vie »; en Inde, ashram et rigueur ascétique l’aident à discipliner son esprit et, en Indonésie, elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver cet équilibre qu’on appelle le bonheur…Qui n’a jamais rêvé de changer de vie? 

large

Quelques théières plus tard même…

Quand j’ai lu, dans les rayons de la Fnac, cette quatrième de couverture, je pouvais mettre à la place du prénom Elisabeth, le mien car j’étais justement en train de vivre à quelques détails près, les mêmes choses…Mes yeux n’avaient plus qu’à croiser le mot « Italie » pour que ce roman termine rapidement dans mon petit sac…J’étais impatiente de rentrer pour en tourner la première page. Et la première partie fut à la hauteur de mes attentes.

Les premières pages de ce roman se sont égrénées au rythme d’une Vespa dans les rues de Rome, je me délectais d’être encore une fois dans la ville de mon coeur, une multitude de jolis passages sur la cité romaine qui m’ont d’ailleurs donné l’idée de réunir dans un carnet tous les passages sur l’Italie que je trouverai au fil de mes lectures…Des pages cornées (moi qui déteste faire mal à un livre) pour retenir de belles expressions typiquement italiennes que je ne connaissais pas encore…et le séjour italien s’achève, je me rends compte que j’ai lu ce chapitre comme un récit de voyage ( conséquence sans doute d’une thèse sur les récits de voyages en Italie de Stendhal) plus que comme un récit de vie. Commence alors le calvaire d’un voyage en Inde. 

Bien que je me sois mise à la méditation récemment, cette deuxième partie fut interminable. L’idée d’en abandonner la lecture m’a même effleuré l’esprit…un mois et demi pour lire 137 pages, du jamais vu. De longues heures de silences méditatifs illustrées par la longueur des descriptions. La seule chose qui me tenait en haleine c’était d’arriver à Bali, troisième partie de ce roman. Un pays où j’ai découvert toute la beauté du monde il y a 6 ans déjà…

Arrivée à Ubud, enfin ! La description de la vie balinaise est sans reproche, j’y ai trouvé tout ce dont j’avais pu être spectatrice en 2009. Mais encore une fois l’impression de lire une pâle copie du merveilleux roman de Marc Esposito « Toute la beauté du monde ». 

Ne me restera de cette lecture que l’envie de voir le film (prévue pour ce soir d’ailleurs…) et de jolies phrases sur ma cité antique préférée. 

« Rome me fait l’effet d’un royaume linguistique enchanté. Pour quelqu’un qui a toujours voulu parler italien, quoi de mieux ? […] Il y a des librairies où l’on ne vend que des livres écrits en italien ! J’ai eu l’impression d’entrer dans un palais enchanté ».

Publicités

2 réflexions sur “« Mange, prie, aime » d’Elisabeth Gilbert ou la lecture la plus longue de ma vie de lectrice

  1. Coucou ! Je n’ai jamais réussi à terminer ce livre… On me l’avait recommandé en me disant qu’il était génial, prenant et qu’on ne s’ennuyait pas, mais j’ai été bien déçue… J’ai dévoré la partie à Rome, mais j’ai laissé tomber au milieu du voyage en Inde ^^’

    • unefilleabricoles dit :

      Moi j’ai tenu bon car je culpabilise toujours de fermer un livre sans le terminer…surtout que j’en avais déjà abandonné un dans l’année (« Avant d’aller dormir »).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s